samedi 8 février 2014

Décès de William Danjon

Nous apprenons le décès, ce matin, de William Danjon, une des voix mythiques de Radio Andorre dans les années 50. Il avait 89 ans.

William DANJON DIEUDONNE fut embauché à Radio Andorre en 1955. On le connait surtout sous son pseudonyme utilisé à l'antenne : Michel AVRIL. Michel étant son deuxième prénom et avril, son mois de naissance.

Il avait été envoyé en Andorre en 1953 par la religion Baha'i pour y fonder la première communauté baha'i de la Principauté. Les premiers adeptes de cette religion en Andorre s'étaient regroupés sous sa tutelle en 1954. Depuis cette date, il était fidèle à cette religion et a fêté en 2004 (à l'age de 80 ans) le cinquantenaire de la communauté Baha'i d'Andorre en étant reçu par le premier Ministre andorran.

Le 31 mai 1963 : Il quittait Radio Andorre pour devenir Secrétaire adjoint du Syndicat d'Initiatives des Vallées d'Andorre à Andorre-la-Vieille.

En Janvier 1966 : Il devint directeur de la Maison de l'Andorre à Paris au 111 rue Saint Honoré jusqu'en février 1974.

de 1975 à 1981 : Il travailla à Sud Radio

de 1982 à 1989 : Il fut fonctionnaire au Ministère de l'Education et de la Culture.

Depuis 2007 William Danjon était devenu un ami et un correspondant fidèle depuis l'Andorre où il était resté très actif. Radio Andorre fut sa passion et il restait très attaché à cette radio de ses débuts. Il a enrichi notre site de ses archives et de ses souvenirs et attendait impatiemment la sortie de notre livre sur l'histoire de Radio Andorre. Malheureusement, il ne pourra jamais le lire.

Le 7 janvier 2014, il m'écrivait :
" Que sera 2014 ? Je vous le demande… Nous souhaitons que tout aille pour le mieux et que les bons résultats vous permettent de triompher dans les domaines qui sont les vôtres en vous donnant pleine satisfaction pour toutes vos entreprises. Et là, bien sûr, s'inscrit votre projet de "Livre" sur ce sujet qui nous tient tant au coeur. La vérité la plus authentique et stricte sur notre RADIO ANDORRA."

Tous ceux qui l'ont fréquenté gardent de lui le souvenir d'un homme droit, franc, direct mais toujours d'une grande courtoisie. Sa grande culture en faisait une référence dans la presse andorrane où il avait encore de très nombreux amis.

Mon cher William, je n'aurai plus l'occasion d'échanger avec vous sur tous les sujets qui nous passionnaient mais vous m'aviez promis d'être toujours à nos cotés, même dans une autre vie… selon votre croyance, votre âme vient donc de rentrer dans le monde spirituel. Je sais donc que vous allez être sensible à toutes les pensées exprimées par vos proches et vos amis, croyants comme non croyants, à travers le monde aujourd'hui, et pour longtemps.

Jean-Marc Printz.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire